Conservation, restauration de peintures murales et bois polychromes:

Fresques, mezzo fresco, détrempe, huile, sur supports d'enduit, de pierre, de toile, de bois...
Plafonds à la française, décors de boiseries, sculptures monumentales et mobilier liturgique...
Méthodologie de "restauration timide":
-respectueuse de l'oeuvre, sans résines ni produits écotoxiques
-produits naturels et aucune interprétation
________________________________
Bonjour chers visiteurs! J'ai créé ce blog afin de partager avec vous mon métier-passion.
Le Patrimoine, l'architecture, les objets qui nous entourent font partie de notre Histoire, que ce soit l'histoire de notre beau pays, ou une petite histoire qui a marqué une région, un village, l'un de nos ancêtres, et nous touche des années après...
Je me consacre coeur et âme à la sauvegarde de ce Patrimoine.
Conserver, restaurer, c'est soigner, préserver...
Et aimer, respecter.


vendredi 26 novembre 2010

Tout sur ma démarche...

Conservation préventive, restaurations, interventions d'urgences, 
dé-restaurations (si!si!), j'en vois de toute les couleurs. 
Après une petite intervention, j'ai envie de faire le point...





Sans Cesare Brandi, la restauration moderne ne serait pas.
Sa "Teoria del restauro" a influencé la charte de Venise qui officialise la conduite adoptée par les restaurateurs d'oeuvres d'art et de monuments. 
Pour lui, la restauration doit s'opposer à l'empirisme: impossible de restaurer une oeuvre sans réfléchir à son sens historique, à l'unité esthétique de la pièce, et à son effet sur le spectateur.




C'est dans cet esprit que "j'adopte" quelques temps une oeuvre, qu'elle soit monumentale ou "petit format". 
Je ne lui donne pas de l'importance par rapport à sa valeur, mais par rapport à son histoire, à son impact sur mon regard et mon ressenti, et aux sentiments que son propriétaire ou le public a envers elle.
Je suis un "artisan-réparateur", une chirurgienne de la peinture, pas l'illustre membre d'une élite, car mon métier est avant tout manuel, même si bien entendu il me faut me poser les bonnes questions face à une oeuvre, faire des recherches historiques et iconographiques comme le conseille Brandi.
Mais il spécifie aussi clairement que nous devons être au service de l'oeuvre.
J'ai du mal à concevoir justement l'empirisme de certains de mes confrères, qui intellectualisent à outrance notre démarche: nous ne sommes pas des artistes, nous ne créons pas lorsque nous restaurons; nous ne sommes pas non plus conservateurs au sens scientifique du terme, enfin pas seulement... La théorie pure doit laisser place à la technique dès lors que nous nous trouvons face au bien que nous nous engageons à préserver: l'humilité doit tenir notre main.
Assez du professionnalisme de l'intellectuel et du virtuel, à quand le retour des vrais chantiers-école et de l'apprentissage???
Assez aussi des produits éco-toxiques et nocifs, saturés de résines, utilisés généralement car faciles d'utilisation: pas de préparation trop longue et pas trop d'efforts physiques pour restaurer, pas de perte de temps...
Assez des restaurations abusives, des retouches qui saturent les oeuvres et du même fait les dénature...
Assez enfin des mauvaises interventions faites sans connaissance ni du support, ni de la technique picturale, ni de leurs pathologies car sans expérience professionnelle...

Alors, pour conclure, je récapitule:
Je restaure parce que je veux soigner une oeuvre qui souffre, qui se dégrade.
Je conserve parce que je souhaite qu'un bien soit protégé des attaques du temps et continue de vivre.
Je préserve pour que les générations futures aient la chance de poser leurs yeux sur leur passé, leur patrimoine, s'en nourrissent et s'en inspirent pour construire leur avenir...
Je respecte la déontologie parce que c'est moi qui suis au service de l'oeuvre et non l'inverse...




Au delà de la conservation-restauration, je redonne vie à ces oeuvres afin qu'elles aient une seconde chance et que leur histoire continue de s'écrire...



Et s'il m'arrive parfois de créer, c'est pour exprimer ma perception de l'instant présent, transmettre un peu de la mienne, d'histoire...


Enfin je "blogue" afin de faire partager ma passion, mes sentiments, ma vocation "patrimoniale". Avec droiture, sans détours.

2 commentaires:

  1. Quel sens du devoir, je suis admirative!
    Au moins, les oeuvres passées entre ces mains expertes auront la chance de garder toute leur intégrité!
    Bravo pour ce professionnalisme, cette passion, et surtout ce sens moral!

    RépondreSupprimer
  2. Tout est dit. Et de belle façon.

    RépondreSupprimer