Conservation, restauration de peintures murales et bois polychromes:

Fresques, mezzo fresco, détrempe, huile, sur supports d'enduit, de pierre, de toile, de bois...
Plafonds à la française, décors de boiseries, sculptures monumentales et mobilier liturgique...

Consultante bénévole pour la Fondation du Patrimoine.
Déléguée bénévole pour Urgences Patrimoine.

________________________________
Bonjour chers visiteurs! J'ai créé ce blog afin de partager avec vous mon métier-passion.
Le Patrimoine, l'architecture, les objets qui nous entourent font partie de notre Histoire, que ce soit l'histoire de notre beau pays, ou une petite histoire qui a marqué une région, un village, l'un de nos ancêtres, et nous touche des années après...
Je me consacre coeur et âme à la sauvegarde de ce Patrimoine.
Conserver, restaurer, c'est soigner, préserver...
Et aimer, respecter.


dimanche 27 juillet 2014

Bel été...

Actuellement aux petits soins pour cette belle Damoiselle, je prends le temps de vous souhaiter un bel été!

Pour moi, après quelques jours de repos, il sera certes excellent à refaire une santé à cette cheminée polychromée et dorée...

Profitez bien de vos vacances pour visiter le patrimoine local, petit et grand!


samedi 31 mai 2014

Un exemple de restauration timide.

Le logis de Vendanger est un ancien logis prieural situé dans le Maine-et-Loire.
Des passionnés de patrimoine l'ont acquis à l'état de ruine, sur un coup de foudre, et l'ont restauré avec un respect et un amour qui sont exemplaires...


Ses exceptionnelles peintures se situent au premier étage et datent de la fin XVème, début XVIème siècles.

L’ensemble de la pièce est peint : les murs Nord, Est et Sud en enduit, la cheminée et les ébrasements de baie en pierre, le mur Ouest à pans-de-bois et torchis, et le plafond de solives en bois.
Ces peintures sont caractéristiques de la seconde moitié du XVème siècle dans la région angevine, sous le règne du Roi René d’Anjou: motifs floraux très aérés ( proches des œillets, marguerites et petites baies) posés au pochoir sur des tiges très fines peintes à main levée. Viennent se placer des sujets historiés à l’entrée de la pièce (Sainte Marguerite) et près de la baie (Saint Pierre) sur le mur Sud puis sur les murs Est (Crucifixion) et Nord (Saint Christophe et Sainte Barbe).
Enfin, sur le manteau de la cheminée se découvre un décor de grisaille représentant frise de fleurs et éléments décoratifs.
Les solives sont teintes en quatre tonalités qui alternent, et la poutre maîtresse est divisée en dix bandeaux contenant des motifs de brocard typiques du Moyen-âge.


La peinture est réalisée à la détrempe sur badigeon de chaux, avec une gamme colorée réduite : trois pigments ocre jaune, ocre rouge et noir de fumée, et le blanc de chaux (blanc de Saint Jean). Avec ces pigments sont obtenues huit teintes : jaune, rouge, noir, brun , gris bleuté , gris, vert et rose.


Les décors ont été recouverts d’une série de deux à trois badigeons de chaux (deux pour les murs, ébrasements de baies et torchis, trois pour la cheminée), et étaient fortement empoussiérés et encrassés de noir de suie. Ils ont subi par endroits des eaux de ruissellement créant des zones de calcification. Des sondages font constater que la peinture sous badigeons de ces mêmes zones est pulvérulente. D’autres zones peintes, partiellement (et sauvagement) dégagées antérieurement, ont été essuyées, faisant « baver » les pigments.
Les décors appliqués sur pierre (cheminée et ébrasements de baies) sont complètement décollés du support et donc très fragiles.


La premier étape a consisté à faire le dégagement mécanique des badigeons de recouvrement et en accompagnement la consolidation des décors sur supports enduit de chaux, de pierre, de torchis et de bois. (fixatif naturel caséine, réversible, méthode Institut Spinelli)

Dégagement en cours: les décors sont encore très bien conservés.

Un dépoussiérage minutieux a ensuite été effectué afin d'éliminer les dernier résidus de chaux et les poussières.

Ensuite, j'ai purgé les enduits récents et repris les lacunes au mortier de chaux, avec solins en périphérie des décors. Certains enduits effectués au XVIIème siècle sont restés en place, car cohérents avec l'ensemble et faisant partie de l'histoire des décors et du bâtiment.
J'ai parallèlement injecté un consolidant à la chaux fait maison (coulis romain méthode Torraca) dans les fissures et poches de décollement d’enduit.

J'ai fait une longue recherche afin de trouver un enduit souple et stable pour le mur à pans de bois et torchi, et ai trouvé les bonnes proportions afin d'intégrer une fibre végétale dans mon enduit. Ce résultat très positif a été validée par l'Architecte en Chef des Monuments Historiques.
Je suis actuellement dans la rédaction d'une publication pour cette recherche.

Essais d'enduit concluants.

Enfin, après l'application d'un badigeon de chaux sur les petites lacunes ré-intégrables, j'ai pu doucement aborder la restauration picturale, par retouches a tratteggio, de façon très ponctuelle, uniquement avec les trois pigments ocres jaune, rouge et noir de fumée et liant organique (gomme arabique, réversible).
Pour tout les supports bois, aucune retouche, seul un nettoyage minutieux puis une brumisation légère de caséine afin de refixer les pigments.
Pour évité une restitution (abusive), j'ai préféré proposer une "retouche virtuelle", sur des clichés photographiques, afin de simuler le décor originel. Cette proposition a séduit les clients et la DRAC, confirmant déontologiquement  ma démarche de restauration timide.

Ici, retouche en cours.

Voici comment présenter un chantier de restauration timide: un mur avant restauration 1,  un croquis virtuel explicatif en cours de dégagement 2, une légère retouche picturale 3  et une retouche virtuelle pour simuler le plausible décor 4.

1 (avant restauration)

2 (dégagement en cours)

3 (après restauration)

4 (retouche virtuelle)


Quelques clichés des peintures restaurées:


Petite vidéo (très amateur) ici:


Ce chantier a permis de former une professionnelle et deux stagiaires avec cette démarche de restauration non "abusive":
Corinne Tual, Marie-Laure Longin, Anne-Laure Gilet.

Merci infiniment à Florence et Hervé pour la confiance qu'il m'ont accordée, pour leur accueil, leur gentillesse et leur passion!

jeudi 24 avril 2014

Muro dell'Arte

Après un long silence dû à la clôture et à la préparation de chantiers, ainsi qu'à un peu de repos, je reprends le clavier pour vous faire part de la création du nouveau site de ma collaboratrice Corinne Tual.




Il est encore tout frais mais je suis certaine que d'ici quelques semaines il sera enrichi de belles pages et articles qui sauront vous passionner!

Pour ma part, je vous promets un article sur mon beau chantier de restauration de peintures murales dans un logis du XVème siècle très bientôt...

Au plaisir de partager avec vous!

samedi 1 février 2014

Piqure de rappel!

Aux restaurations abusives, qui commencent à m'écoeurer, je rappelle que cette petite phrase, toute simple, ne veut pas dire refaire à neuf avec des matériaux inadaptés...


mercredi 1 janvier 2014

Recevez, chers passionnés de patrimoine, mes...



Voici quelques clichés du salon "l'Art au quotidien" de novembre dernier, avec Corinne Tual:

Nous avons souhaité créé l'ambiance d'un chantier.

Nous avons déposé et reposé sur place de véritables fresques.

Cela nous a permis de faire des démonstration, comme sur un vrai chantier.

Corinne Tual en pleine conférence.

samedi 16 novembre 2013

Restauration de peintures murales, Vendanger.



Un film très amateur, je sais! Je ne suis pas très douée pour ça!
Mais vous y verrez un peu mon travail monacal et aurez un bon exemple de ce que j'appelle "restauration timide": produits employés non nocifs ou éco-toxiques, retouche picturale a tratteggio et surtout... timide!
Sans abus...

vendredi 1 novembre 2013

Salon "l'Art au Quotidien" 2013

En plein préparatifs pour vous offrir un beau stand lors du prochain salon "l'Art au Quotidien", je tenais à nouveau à rappeler l'honneur que j'ai eu de recevoir le prix Léonard, décerné l'an dernier lors du Concours Touraine Métiers d'Art.


Ce prix coup de coeur du jury m'a permis d'exposer au cloître de la Psalette à Tours en avril dernier, et d'être donc présente au Salon qui se déroulera au Vinci à Tours, du 8 au 11 novembre prochains.


J'y serai accompagnée de Corinne Tual, qui fut mon coup de coeur professionnel lors de ce prix, pour son excellent et spectaculaire travail sur la Villa Rose à Saint-Aignan (41),  à qui je transmets ma déontologie de la "restauration timide" (dont je vous parlerai bientôt...) et avec qui je collabore régulièrement depuis cette belle rencontre patrimoniale.

C'est avec plaisir que je vous rencontrerai sur ce stand qui vous fera découvrir l'ambiance d'un chantier de restauration et qui j'espère vous surprendra... Et nous pourrons parler "passion-patrimoine"!
Venez nombreux!

dimanche 13 octobre 2013

Restauration d'un plafond à la française...

Le château de Cangé vient de renaître grâce à la commune de Saint Avertin et son Maire, Jean-gérard Paumier, ami des artistes et artisans de la région, qui, aidé par l'architecte Dominique Blondel a su mêler Patrimoine et nouvelles technologies en créant une incroyable médiathèque.


Le château de Cangé fut édifié au XIIIème siècle par la famille d'Andigné, puis agrandi par Jean de Conhingham au XVème siècle.
Plusieurs grandes familles se succéderont ensuite jusqu'à Maurice Cottier, grand admirateur de l'art sous toutes ses formes, propriétaire de la revue "la gazette des arts", qui l'embelli et y crée en 1874 une salle de réception destinée à recevoir d'illustres invités et exposer ses oeuvres préférées. 
Durant la seconde guerre mondiale le Président A.Lebrun organisa deux conseils des ministres dans cette salle qui devint un lieu où l'Histoire se joua...


Malheureusement laissé à l'abandon après la guerre, il se dégrade peu-à-peu, est squatté et est finalement ravagé par un incendie en 1978.
En 1980, la commune décide de le racheter et entreprend doucement sa réhabilitation: le parc et les bâtiments annexes, mieux conservés, puis enfin le gigantesque chantier de restauration démarre en 2010 sous l'impulsion de J.G. Paumier.


Au printemps 2013 je suis intervenue sur la restauration des plafonds polychromes et leur bestiaire imaginé par Maurice Cottier pour sa salle de réception, et je vais vous montrer avec plaisir quelques étapes de cette intervention!

Avant restauration.
(après intervention d'une équipe qui a opéré des pré-consolidations, et les menuisiers et plâtriers)

Etat de conservation, détails:


___
Consolidations de la couche picturale.
___
 Nettoyage de la couche picturale.
___
___
 Colmatage des lacunes.
___
Retouche en cours.
___
Détails bestiaire pendant retouche picturale:

___

Après restauration.

Détail d'une travée.

Cette restauration a comme à mon habitude été faite en respectant scrupuleusement la déontologie, bannissant tout produit nocif ou éco-toxique, notamment pour les nettoyages, où eau déminéralisée+alcool et "huile de coude" seuls ont été utilisés, et les consolidations, exemptes de résines. Les retouches ont été faites par repiquage uniquement pour les arrachements, et seules les grandes zones de plâtre ont été restaurées en reconstitution historique. Vous savez que je suis contre les retouches systématiques à l'acrylique. Ici pour la reconstitution des décors sur zones de plâtre neuves j'ai utilisé la gamme Studio de Lascaux, acrylique microporeuse, car le ne suis pas intervenue sur les décors. C'est malheureusement ce qui se fait régulièrement en restauration, passer des "jus d'acrylique" pour unifier!!! Mais si l'on pose de l'acrylique sur certaines techniques comme celles comportant des liants organiques, on "tue" ces décors: on les empêche de respirer et surtout, l'acrylique s'enlevant (réversibilté discutable) à l'acétone, on ôte toute possibilité de réversibilté, l'acétone détruisant les liants organiques... Et quel besoin "d'unifier"? Une bonne retouche dans les zones lacunaires, certe plus longue, est toute aussi efficace et bien plus respectueuse!
L'emploi d'aquarelle ou de caséine sont bien plus judicieux!
Bien entendu, lors de cette restauration, aucun refixage abusif ou vernissage n'a été effectué.

Bientôt, je vous parlerai plus en détails du bestiaire...

Lien vers les vidéos des travaux de restauration du château:

En formation à l'atelier durant le chantier:
Corinne Tual, Marie-Laure Longin-Coiffet, Anne-Laure Gilet.